Créée le, 19/06/2015

 Mise à jour le, 02/09/2016

Visiteurs N°  




Accueil
Nouveau Blog Nouveautés Moteur de Recherche Votre Caddie Pour Vos Achats Votre Espace Membre Vos Signets et Vos Jeux Préférés Page de Bienvenue Statique Site en Français Site en Anglais
Sommaires
Électronique Fondamentale Technologie Fondamentale Testez vos Connaissances Électronique Théorique Digitale Électronique Pratique Digitale Lexique Électronique Numérique Data book TTL Data book CMOS Dépannage TVC Mathématique
Micro-ordinateurs
Théorique des Micro-ordinateurs Testez vos Connaissances Pratique des Micro-ordinateurs Glossaires sur les Ordinateurs
Physique
La lumière Champ d'action Rayonnement Électromagnétique
Technologies
Classification des Résistances Identification des Résistances Classification des Condensateurs Identification des Condensateurs
Formulaires Mathématiques
Géométrie Physique 1. - Électronique 1. 2. - Électronique 1. 3. - Électrotechnique 1. 4. - Électromagnétisme
Accès à tous nos Produits
E. T. F. - Tome I - 257 Pages E. T. F. - Tome II - 451 Pages E. T. F. - Tome III - 611 Pages E. T. D. - Tome I - 610 Pages N. B. M. - Tome I - 201 Pages E. T. M. - Tome I - 554 Pages Business à Domicile Ouvrages 34 pages gratuits Nos E-books Logiciel Géométrie Logiciel Composants Électroniques
Aperçu de tous nos Produits
E. T. F. - Tome I - 257 Pages E. T. F. - Tome II - 451 Pages E. T. F. - Tome III - 611 Pages E. T. D. - Tome I - 610 Pages E. T. M. - Tome I - 554 Pages Logiciel Géométrie Logiciel Composants Électroniques
Nos Leçons aux Formats PDF
Électronique Fondamentale Technologie Fondamentale Électronique Théorique Digitale Électronique Pratique Digitale Théorique des Micro-ordinateurs Mathématiques
Informatique
Dépannage Win98 et WinXP et autres Dépannage PC Glossaire HTML et Programmes JavaScript (en cours de travaux) PHP et Programmes Création de plusieurs Sites
Forums
Nouveau Forum Électronique Forum Électronique et Infos Forum Électronique et Poésie
Divers et autres
Formulaire des pages perso News XML Statistiques CountUs Éditeur JavaScript Nos Partenaires avec nos Liens Utiles Gestionnaire de Partenariat Nos Partenaires MyCircle Sondages 1er Livre d'Or 2ème Livre d'Or 3ème livre d'Or Déposez vos Annonces Annuaire Sites Agenda des Événements Album Photos

Signets : 
  Bascule "D" de Structure Maître Esclave   Fonctions des entrées CLEAR et PRESET   Table de vérité et Chronogramme
  Application au diviseur de fréquence par 2    Bas de page  


Bascules Synchrones - Bascule "D" de Structure Maître Esclave - Diviseur de Fréquence par 2 :


Dans cette théorie, nous allons examiner le fonctionnement de deux bascules parmi les plus utilisées : la bascule "D" MAÎTRE ESCLAVE et la bascule "JK" MAÎTRE ESCLAVE.

Ces bascules ont un fonctionnement synchrone comme nous allons le voir à présent.

1. - BASCULES SYNCHRONES

Nous savons que la bascule D de type LATCH permet grâce à l'entrée de commande de mémoriser un bit d'information. Cette bascule D de type LATCH fonctionne en mode asynchrone. En effet, lorsque l'entrée de commande est au niveau H, l'état de la sortie suit l'état de l'entrée. Autrement dit, dès que l'entrée change d'état, la sortie change également d'état.

Or, certains montages numériques nécessitent des bascules dont les sorties commutent à un instant bien déterminé. Ces bascules sont synchrones car la prise en compte de l'information, présente sur leurs entrées, s'effectue simultanément lors de la transition d'un niveau logique à un autre de l'entrée de commande. La prise en compte des données logiques peut se faire soit sur une transition positive (de L à H), soit sur une transition négative (de H à L) de l'entrée de commande.

La figure 1-a représente une transition positive (de L à H) d'un signal logique tandis que la figure 1-b représente une transition négative (de H à L) du signal.

Les passages de l'état haut à l'état bas et vice-versa ne s'effectuent pas de façon instantanée que le montrent les figures 1-a et 1-b.

Transition_positive_et_transition_negative_d_un_signal.gif

Suivant la technologie employée, le temps mis par un signal logique pour passer d'un état é l'autre peut varier de moins d'une nanoseconde à plusieurs centaines de nanosecondes comme nous l'avons vu dans les leçons de technologie digitale.

La figure 2-a montre une transition positive d'un signal logique suivie d'une transition négative. On parle alors d'impulsion positive.

La figure 2-b représente, quant à elle, une impulsion négative d'un signal logique.

Signaux_impulsionnels.gif

L'entrée de commande des bascules synchrones s'appelle l'entrée d'horloge (en anglais CLOCK). En effet, le signal appliqué sur cette entrée est généralement fourni par un oscillateur de fréquence bien déterminée. Ainsi les éventuels changement d'états ont lieu à des instants précis et régulièrement espacés dans le temps. La figure 3 représente un signal d'horloge fourni par un oscillateur de période T.

 Signal_d_horloge.gif

La figure 4 montre le chronogramme d'une bascule synchrone qui mémorise la donnée au moment de la transition positive du signal d'horloge.

Exemple_de_chronogramme_d_une_bascule_synchrone.gif

On s'aperçoit que la sortie ne bascule pas toujours à chaque transition positive de l'entrée d'horloge. En effet, une bascule synchrone dispose, en plus de l'entrée d'horloge, d'une ou plusieurs entrées d'informations. Suivant le niveau logique de celles-ci, la bascule commute ou reste dans l'état où elle se trouve.

Les bascules synchrones sont conçues à partir de bascules asynchrones que l'on associe dans la configuration MAÎTRE ESCLAVE. La première des bascules synchrones est la bascule "D" MAÎTRE ESCLAVE que nous allons examiner à présent.

HAUT DE PAGE 2. - BASCULE "D" DE STRUCTURE MAÎTRE ESCLAVE

2. 1. - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE LA BASCULE "D" MAÎTRE ESCLAVE

La bascule D de structure MAÎTRE ESCLAVE est constituée de deux bascules D à verrouillage (ou latch) placées l'une à la suite de l'autre. La première est appelée MAÎTRE, la seconde est appelée ESCLAVE. La figure 5 montre le synoptique d'une bascule D MAÎTRE ESCLAVE.

Synoptique_d_une_bascule_D_MAITRE_ESCLAVE.gif

On s'aperçoit que l'entrée D de la bascule ESCLAVE est reliée à la sortie Q' de la bascule MAÎTRE. Cela explique les dénominations MAÎTRE et ESCLAVE affectées à la première et à la seconde bascule.

En effet, L'entrée D de l'ESCLAVE recopie la sortie Q' du MAÎTRE. Toute variation du niveau logique à la sortie du MAÎTRE se retrouve donc à l'entrée de l'ESCLAVE. L'ESCLAVE est bien asservi au MAÎTRE.

On remarque que les entrées de commande des deux bascules se situent toujours à des niveaux logiques opposés. En effet, un inverseur est situé entre les deux entrées de validation C' et C.

L'entrée de commande qui active les entrées C' et C est appelée ENTRÉE D'HORLOGE (CLOCK en anglais). En effet, la bascule examinée a un fonctionnement synchrone comme vous allez le voir.

De l'extérieur, la bascule D MAÎTRE ESCLAVE apparaît comme une bascule ayant une entrée de donnée D (DATA), une entrée d'horloge (CLOCK) et deux sorties complémentaires Q et Q_barre.gif.

Si on ajoute une entrée de mise à 0 (RESET) et une entrée de mise à 1 (SET), on aboutit au schéma de la figure 6.

Schema_de_la_bascule_D_MAITRE_ESCLAVE.gif

Rappelons le fonctionnement d'une bascule D latch.

Nous savons que si son entrée de commande C est portée à l'état 1, la sortie Q recopie l'entrée D. Si l'on met l'entrée de commande C à l'état 0, la sortie mémorise le dernier état logique présent sur l'entrée juste avant la transition négative de l'entrée de commande.

La figure 7 rappelle la structure d'une bascule D latch, tandis que la figure 8 montre l'action de l'entrée de commande C sur les sorties Q et Q_barre.gif en fonction de l'entrée D.

Structure_d_une_bascule_D_latch.gifExemple_de_chronogramme_d_une_bascule_D_latch.gif

Lorsque la sortie Q recopie l'entrée D, la bascule D latch est transparente (l'état logique de la sortie Q est le même que celui de l'entrée D). Lorsque la bascule est en position mémoire, elle est verrouillée (aucune action de l'entrée D sur la sortie Q).

Ces deux modes de fonctionnement (transparence et verrouillage) peuvent être symbolisés par un interrupteur qui serait commandé par l'entrée C.

Le mode «transparence» est illustré par la figure 9-a, tandis que la figure 9-b représente le mode «verrouillage».

Representations_du_mode_transparence.gif

Dans le mode «transparence», l'interrupteur fermé indique bien que la sortie Q suit l'entrée D.

Dans le mode «verrouillage», l'interrupteur ouvert indique bien que la sortie Q ne suit pas l'entrée D. La sortie Q reste à l'état où elle était juste avant la transition négative de C.

La bascule D MAÎTRE ESCLAVE peut se représenter par la mise en série de deux interrupteurs commandés par l'entrée d'horloge. Cette représentation conduit aux schémas des figures 10 et 11 selon que l'horloge est à l'état 0 ou à l'état 1.

Representation_de_la_bascule.gifRepresentation_de_la_bascule(1).gif

On constate que si l'entrée d'horloge de la bascule D MAÎTRE ESCLAVE est portée à un état logique stable (0 ou 1), l'état de l'entrée D n'a aucune influence sur l'état de la sortie Q. En effet, pour aller de D à Q, il y a toujours un interrupteur ouvert.

Nous allons voir maintenant que la commutation effective de la bascule ne peut avoir lieu que lors de la transition du niveau L au niveau H de l'horloge.

Pour cela appliquons à l'entrée d'horloge une impulsion de tension dont la forme est représentée figure 12-a. Ceci correspond à la réalité comme nous l'avons vu précédemment, les temps de montée et de descente de la tension n'étant jamais nuls.

Il faut également tenir compte du fait que l'inverseur disposé entre les deux entrées de commande C et C' possède un seuil de basculement plus bas que celui des autres portes logiques du circuit (figure 12-a).

La figure 12-b représente le niveau logique obtenu ainsi sur l'entrée de commande C' de la bascule MAÎTRE, tandis que la figure 12-c représente le signal logique actif sur la bascule ESCLAVE.

Chronogramme_relatif_au_fonctionnement_de_la_bascule.gif

Analysons l'action de l'entrée d'horloge sur la bascule MAÎTRE et sur la bascule ESCLAVE :

De l'instant t0 à l'instant t1, C' = 1 et C = 0. Le MAÎTRE est transparent et l'ESCLAVE est verrouillé (voir figure 13).

Etats_du_MAITRE_et_de_l_ESCLAVE_t0_a_t1.gif

La bascule MAÎTRE transfère la donnée D en sortie Q'. Par contre, la donnée Q' n'est pas transférée en sortie Q de la bascule ESCLAVE, car cette dernière est verrouillée.

A l'instant t1, le MAÎTRE se verrouille et l'ESCLAVE reste verrouillé puisque C' = 0 et C = 0 (voir figure 14).

L'information binaire présente sur l'entrée D juste avant l'instant t1 se trouve mémorisée à la sortie Q' puisque C' est passée de l'état 1 à l'état 0 à l'instant t1.

Etats_du_MAITRE_et_de_l_ESCLAVE_a_l_instant_t1.gif

On a donc stocké la donnée en Q'. Comme l'ESCLAVE est toujours bloqué, celle-ci n'a toujours pas été transmise sur la sortie Q qui reste inchangée.

De l'instant t1 à l'instant t2, rien ne change : la donnée stockée à l'instant t1 est toujours en Q'.

A l'instant t2, le MAÎTRE est verrouillé et l'ESCLAVE devient transparent puisque C' = 0 et C = 1 (voir figure 15).

Etats_du_MAITRE_et_de_l_ESCLAVE_a_l_instant_t2.gif

La sortie Q recopie donc l'entrée Q'. Il y a donc basculement de la sortie Q qui mémorise ainsi la donnée présente en D à l'instant t1.

On peut dire aussi que la donnée présente en D à l'instant t1 s'est trouvée transférée en sortie Q à l'instant t2. Le transfert s'est donc effectué sur le front montant de l'horloge.

De l'instant t2 à l'instant t3, il n'y a pas de changement puisque C' = 0 et C = 1.

A l'instant t3, l'ESCLAVE se verrouille, tandis que le MAÎTRE est toujours verrouillé. En effet, C' = 0 et C = 0 (voir figure 16. On constate que les sorties Q' et Q ne changent pas d'état.

Etats_du_MAITRE_et_de_l_ESCLAVE_a_l_instant_t3.gif

De l'instant t3 à l'instant t4, le MAÎTRE et l'ESCLAVE sont toujours verrouillés et les sorties Q' et Q conservent leur état logique.

A l'instant t4, le MAÎTRE devient transparent puisque C' = 1 (voir figure 17).

Etats_du_MAITRE_et_de_l_ESCLAVE_a_l_instant_t4.gif

La nouvelle donnée présente en D est transférée en sortie Q', mais pas en sortie Q puisque l'ESCLAVE est toujours verrouillé (C = 0). On constate donc que lors du front négatif de l'horloge (de l'instant t3 à l'instant t4), la sortie Q ne peut basculer.

En résumé, l'éventuel basculement de la sortie Q n'a lieu qu'au moment du front montant de l'horloge (transition du niveau L au niveau H de l'entrée CLOCK).

Le fonctionnement d'une bascule D Maître Esclave est bien synchrone. Son rôle est de mémoriser une donnée logique à un instant précis. Cette donnée appliquée en D est prise en compte au début du front montant et transférée sur la sortie Q à la fin de ce front montant. Un nouveau transfert de l'entrée D vers la sortie Q aura lieu lors du prochain front montant de l'horloge.

Entre deux fronts montants successifs de l'horloge, il n'y a aucun changement possible de la sortie Q.

Il est à noter que lorsque la sortie Q bascule, la sortie Q_barre.gif fait de même.

La figure 18 montre les étapes du cheminement de la donnée dans la bascule D MAÎTRE ESCLAVE lors de l'application d'une impulsion d'horloge.

Illustration_general_du_fonctionnement_de_la_bascule.gif  

A noter que si l'entrée de l'inverseur situé entre les deux entrées de commande est connectée en C' et la sortie connectée en C, la bascule D MAÎTRE ESCLAVE ainsi constituée prend en compte la donnée présente en D lors du front descendant du signal d'horloge. C'est le cas de la bascule représentée figure 19.

Synoptique_d_une_bascule_D.gif

Revenons à présent sur la structure détaillée d'une bascule D MAÎTRE ESCLAVE sensible au front montant de l'horloge.

Remplaçons dans la figure 5 chaque bascule D latch par le schéma de la figure 7.

Nous aboutissons à la figure 20.

Schema_complet_de_la_bascule_D_MAITRE_ESCLAVE.gif

L'inverseur placé entre les entrées S et R de la bascule ESCLAVE peut être supprimé en reliant R à Q_barre.gif'. De ce fait, le schéma de la bascule D MAÎTRE ESCLAVE devient celui de la figure 21.

Schema_complet_de_la_bascule_D_MAITRE_ESCLAVE(1).gif

HAUT DE PAGE 2. 2. - FONCTIONS DES ENTRÉES CLEAR ET PRESET

Il reste à ajouter à ce schéma les entrées de remise à 0 et de remise à 1, appelées généralement CLEAR et PRESET. Celles-ci sont connectées comme le montre la figure 22 qui représente donc le schéma d'une bascule D MAÎTRE ESCLAVE avec les entrées de remise à 0 et de remise à 1.

Schema_d_une_bascule_D_avec_les_2_entrees_CLEAR_et_PRESET.gif

Voyons maintenant comment fonctionnent les entrées CLEAR et PRESET.

2. 2. 1. - DANS UN PREMIER TEMPS, CONSIDÉRONS QUE L'ENTRÉE CLOCK EST AU NIVEAU L

Si l'entrée CLOCK est à l'état 0, l'ESCLAVE est verrouillé.

Puisque l'entrée de commande C de l'esclave est portée à l'état 0, les sorties des portes NAND 5 et 6 se trouvent à l'état 1, quel que soit l'état de D.

L'étage de sortie de la bascule D, composé des portes NAND 7 et 8, constitue une bascule RS à portes NAND analogue à celle examinée dans la théorie précédente.

Les schémas des figures 23-a et 23-b sont donc équivalents.

Schemas_equivalents_de_l_etage_de_sortie_de_la_bascule_D.gif

Pour mettre la bascule D à l'état 1 (Q = 1), il faut positionner l'entrée CLEAR à l'état 1 et appliquer une impulsion négative sur l'entrée PRESET. Celle-ci est bien l'entrée de remise à 1 et elle est active à l'état 0.

De même, pour mettre la bascule à l'état 0 (Q = 0), il faut positionner l'entrée PRESET à l'état 1 et appliquer une impulsion négative sur l'entrée CLEAR. Cette dernière est donc bien l'entrée de remise à 0 et elle est active également à l'état 0.

Si l'on porte les deux entrées CLEAR et PRESET à l'état 0, les sorties Q et Q_barre.gif sont forcées à l'état 1. Cette combinaison des entrées CLEAR et PRESET est rarement utilisée.

2. 2. 2. - DANS UN SECOND TEMPS, CONSIDÉRONS QUE L'ENTRÉE CLOCK EST A L'ÉTAT 1

Le MAÎTRE est verrouillé puisque l'entrée de commande C' est à l'état 0 et l'ESCLAVE est transparent.

Positionnons l'entrée CLEAR à l'état 1 et appliquons une impulsion négative sur l'entrée PRESET. Comme on le voit sur la figure 22, cette impulsion va faire commuter la bascule RS composée des portes NAND 3 et 4 à l'état 1 (Q' = 1 et Q_barre.gif' = 0).

Puisque l'ESCLAVE est transparent (C = 1), Les sorties Q et Q_barre.gif vont recopier Q' et Q_barre.gif'. La bascule D va donc se porter à l'état 1 (Q = 1 et Q_barre.gif = 0).

Positionnons maintenant l'entrée PRESET à l'état 1 et appliquons une impulsion négative sur l'entrée CLEAR. Cette fois, l'impulsion va faire commuter la bascule RS à l'état 0 (Q' = 0 et Q_barre.gif' = 1).

Puisque l'esclave est transparent, les sorties Q et Q_barre.gif vont recopier Q' et Q_barre.gif'. La bascule D va donc se porter à l'état 0 (Q = 0 et Q_barre.gif = 1).

De même, si l'on porte les deux entrées CLEAR et PRESET à l'état 0, les sorties Q et Q_barre.gif sont forcées à l'état 1 par l'intermédiaire des portes NAND 7 et 8. Il est à noter que dans ce cas l'état des sorties Q et Q_barre.gif est identique. On ne peut plus parler alors de sorties complémentaires. Ce cas est donc très rarement utilisé et certains constructeurs le considèrent même comme interdit.

De plus, cet état n'est pas stable. Il ne persiste pas si les entrées CLEAR et PRESET reviennent à leur état inactif (c'est-à-dire 1 dans notre cas).

En résumé, quel que soit l'état logique des entrées D et CLOCK, les entrées CLEAR et PRESET sont prioritaires et asynchrones, ce qui peut être résumé par la table de vérité de la figure 24. Les croix X placées dans les cases D et CLOCK signifient que l'état de ces deux entrées n'a aucune incidence sur l'état des sorties de la bascule.

Table_de_verite_de_la_bascule_D_MAITRE_ESCLAVE.gif

Les deux entrées CLEAR et PRESET doivent être à l'état 1, c'est-à-dire inactives pour que la bascule puisse commuter sur le front actif du signal d'horloge.

Il est à noter qu'il existe des bascules D MAÎTRE ESCLAVE dont les entrées CLEAR et PRESET sont actives à l'état 1. Dans ce cas, ces deux entrées doivent être portées à l'état 0 pour que le signal d'horloge soit actif.

Enfin, certaines bascules voient leurs deux sorties Q et Q_barre.gif passer à l'état 0 (et non pas 1 comme dans le cas précédent) lorsque les deux entrées CLEAR et PRESET sont toutes deux actives. Toutes ces différences s'expliquent par des différences de constitution technologique.

HAUT DE PAGE 2. 3. - TABLE DE VÉRITÉ ET CHRONOGRAMME

Le fonctionnement complet de la bascule D MAÎTRE ESCLAVE examinée est résumé par la table de vérité de la figure 25.

Table_de_verite_de_la_bascule_D_MAITRE_ESCLAVE_examinee.gif

Le symbole Fleche_haut.gif que l'on peut voir dans la colonne CLOCK de la table de vérité indique une transition positive du signal d'horloge.

Dans cette table, les trois premières lignes indiquent que les entrées CLEAR et PRESET sont prioritaires et actives sur un niveau bas.

La quatrième ligne indique que l'état logique 0 présent en D est transféré à la sortie Q sur le front montant du signal d'horloge.

La cinquième ligne indique que l'état logique 1 présent en D est transféré à la sortie Q sur le front montant du signal d'horloge.

Aux sixième et septième lignes, Q0 et Q_barre.gif0 sont les états logiques que les sorties Q et Q_barre.gif ont pris lors du dernier front actif de l'horloge. Ces états logiques Q0 et Q_barre.gif0 ont pu être imposés par les entrées prioritaires CLEAR et PRESET.

Autrement dit, ces deux dernières lignes de la table de vérité indiquent bien que les sorties Q et Q_barre.gif ne basculent pas sur un niveau logique du signal d'horloge mais bien sur un front montant de ce signal.

La figure 26 montre un exemple de chronogramme de la bascule D MAÎTRE ESCLAVE examinée.

Chronogramme_relatif_au_fonctionnement_de_la_bascule(1).gif

Au début de ce chronogramme, l'entrée PRESET est mise à l'état 0, donc elle est active. La bascule se trouve par conséquent à l'état 1. Puis l'entrée PRESET retourne à l'état 1. La sortie Q reste positionnée à l'état 1. L'entrée CLEAR reçoit une impulsion négative qui fait passer la bascule à l'état 0.

Le deuxième front actif de l'horloge n'a pas d'action sur la sortie Q de la bascule puisqu'il a lieu lorsque l'entrée CLEAR est active, donc prioritaire. Ensuite, les entrées CLEAR et PRESET deviennent inactives puisqu'elles sont portées à l'état 1. La bascule ne pourra désormais commuter que sur le front positif de l'horloge.

Au troisième front actif de l'horloge, l'état logique présent en D est l'état 1. La bascule qui était à l'état 0 passe donc à l'état 1.

Lorsque survient le quatrième front positif, l'entrée D se trouve à l'état 0. La bascule commute donc pour passer à l'état 0.

Lors du cinquième front montant de l'horloge, la bascule ne change pas d'état puisque D se trouve toujours à l'état 0.

L'entrée D passe à l'état 1 juste avant le sixième front actif de l'horloge. Par conséquent, la sortie Q de la bascule passe à l'état 1 lors du sixième front montant de l'horloge.

HAUT DE PAGE 2. 4. - APPLICATION AU DIVISEUR DE FRÉQUENCE PAR 2

La figure 27 montre le raccordement à effectuer pour transformer une bascule D MAÎTRE ESCLAVE en diviseur de fréquence par 2.

Bascule_D_MAITRE_ESCLAVE_montee_en_diviseur_par_2.gif

La donnée D mémorisée en sortie Q lors du front actif de l'horloge est Q_barre.gif, puisque Q_barre.gif est reliée à D. Autrement dit, quel que soit l'état logique de la sortie Q avant le top de l'horloge, la bascule passera dans l'état logique complémentaire durant le front d'horloge actif. Ce mode de fonctionnement est appelé dans les catalogues de constructeurs TOGGLE.

Avec le chronogramme de la figure 28, on s'aperçoit bien que les sorties Q et Q_barre.gif sont à une fréquence moitié de celle de l'entrée d'horloge. Le diviseur de fréquence par 2 est très utilisé dans les compteurs électroniques qui seront examinés plus tard.

Chronogramme_relatif_au_diviseur_de_frequence_par_2.gif

Après la bascule D, examinons à présent les bascules de type JK MAÎTRE ESCLAVE.


  Cliquez ici pour la leçon suivante ou dans le sommaire prévu à cet effet.   Haut de page
  Page précédente   Page suivante




    






Envoyez un courrier électronique à Administrateur Web Société pour toute question ou remarque concernant ce site Web. 

Version du site : 10. 4. 12 - Site optimisation 1280 x 1024 pixels - Faculté de Nanterre - Dernière modification : 02 Septembre 2016.   

Ce site Web a été Créé le, 14 Mars 1999 et ayant Rénové, en Septembre 2016.