Créée le, 24/05/2005

 Mise à jour le, 08/08/2015

Visiteurs N°  

Menus :

Glossaire de I à P "2ème Partie" :




 

Accueil

Signets :

II

JJ

KK

LL

MM

NN

OO

PP

¨ Bas de page

 

HAUT DE PAGE I

IC : Integrated Circuit (Circuit Intégré) Instruction Counter (Compteur d'Instructions).

IDENTIFICATEUR : Terme (nombre ou non) qui désigne des informations, des enregistrements ...

IDENTIFICATION : Reconnaissance Actuellement, les ordinateurs sont en mesure de reconnaître des objets grâce à des caméras, des capteurs ... De même, ils peuvent reconnaître des voix et interpréter des mots et des phrases, lire des caractères imprimés ou écrits à la main.

IDENTIFIER : IDENTIFICATEUR.

IEEE : Institute of and Electronic Electrical Engineers (Institut des ingénieurs en électronique et en électrotechnique). Établit, en particulier, des standards électroniques.

IEEE 583 / CAMAC : Standard IEEE pour le hardware et le software. Initialement développé pour l'industrie nucléaire.

IF B THEN S1 ELSE S2 : Instruction conditionnelle propre à certains langages évolués. Elle signifie : si (IF) la condition B est vérifiée, alors  (THEN) on passe à l'instruction S1, autrement (ELSE) on passe à l'instruction S2.

IMAGE VIDÉO : Message envoyé aux terminaux (écrans) sous forme de textes, graphiques et figures.

IMPRIMANTE : Dispositif qui permet d'imprimer sur papier les programmes, données, résultats en provenance de l'ordinateur. Les imprimantes peuvent être de différents types : série ou parallèle, à projection d'encre, électrostatique, à points. Leur coût croît avec la vitesse d'impression.

IMPRIMANTE A BOULE : Imprimante dont les caractères sont répartis sur une boule. Celle-ci s'oriente opportunément pour imprimer le caractère désiré. On change de type de caractère en remplaçant la boule.

IMPRIMANTE A CARACTÈRES : Imprimante qui imprime un caractère à la fois comme les machines à écrire.

IMPRIMANTE A CHAÎNE : Imprimante qui possède les caractères disposés sur un anneau à chaîne. Le caractère est frappé, donc imprimé, lorsqu'il se trouve devant un marteau dans la position voulue.

IMPRIMANTE A JET D'ENCRE : Imprimante à grande vitesse qui forme sur papier les caractères avec de minuscules gouttes d'encre.

IMPRIMANTE A LIGNES : Imprimante qui imprime en même temps tous les caractères d'une ligne d'un texte.

IMPRIMANTE A MARGUERITE : Imprimante dont les caractères sont disposés sur les branches d'un disque ayant la forme de pétales de marguerite. En tournant le disque, on sélectionne le caractère désiré. On change de type de caractère en remplaçant la marguerite.

IMPRIMANTE A MATRICE (Imprimante à aiguilles) : IMPRIMANTE A POINTS.

IMPRIMANTE A PAGE : Dispositif qui imprime une page en une seule fois.

IMPRIMANTE A POINTS : Imprimante qui forme les caractères par des combinaisons de points.

IMPRIMANTE A ROULEAU : Imprimante dont les caractères sont disposés sur un rouleau ; en tournant le rouleau, on positionne le caractère désiré.

IMPRIMANTE ÉLECTROSTATIQUE : Dispositif qui imprime les caractères par effet électrostatique. Les zones où l'on imprime reçoivent des charges électrostatiques et les particules d'encre qui s'y trouvent sont retenues par les charges. Après chauffage, l'encre se liquéfie et adhère sur le papier.

IMPRIMANTE LIGNE : Imprimante à haute vitesse. Une ligne complète est composée et imprimée en une seule fois, tandis que les imprimantes normales impriment un caractère à la fois.

IMPRIMANTE SÉRIE : Imprimante qui imprime un caractère à la fois Le télescripteur est un type d'imprimante série.

IMPRIMANTE THERMIQUE : Imprimante utilisant la chaleur pour écrire sur le papier ; a l'avantage d'être silencieuse et d'être bon marché, par contre elle utilise du papier spécial.

IMPRIME : Document sortant de l'imprimante ; peut contenir le programme avec les adresses et données en code machine et les résultats du calcul.

IMPULSION D'ÉCRITURE : Impulsion que le CPU envoie à une mémoire afin d'écrire une information.

IMPULSION DE LECTURE : Impulsion délivrée par le CPU qui permet de lire en mémoire.

IN-CIRCUIT EMULATION : (Émulation sur circuit utilisateur). Caractéristique du système de développement pour microprocesseur où on substitue un émulateur au microprocesseur réel.

INCONDITIONNEL : Caractère d'une instruction qui est exécutée indépendamment de conditions particulières.

INCRÉMENTER : Action d'ajouter une unité (en général) à un nombre.

INDEX (SOMMAIRE) : Tableau qui contient les adresses des enregistrements situés dans un fichier Registre d'index qui contient un nombre qui est additionné à l'adresse de base afin d'obtenir l'adresse effective.

INDEXED : Indexé. Adressage Indexé.

INGÉNIEUR - SYSTÈME : Technicien qui étudie la forme et l'organisation d'un système.

INHIBIT (TO) : Interdire.

INITIALISER : Mettre un dispositif, un appareil dans les conditions initiales de fonctionnement.

INKJET PRINTER : Imprimante à Jet d'encre.

IN-LINE : Méthode par laquelle on traite les données au fur et à mesure qu'elles parviennent à l'ordinateur.

INPUT : Entrée.

INPUT / OUTPUT : Entrée / Sortie.

INPUT / OUTPUT REQUEST : Signal de contrôle, émis par certains microprocesseurs pour demander ou envoyer des données à des circuits d'Entrée / Sortie.

INSTRUCTION ADDRESS REGISTER : Registre d'adresse des instructions.

INSTRUCTION ARITHMÉTIQUE : Instruction relative à une opération arithmétique.

INSTRUCTION CODE : Code d'instruction.

INSTRUCTION DECODER : Décodeur d'instruction.

INSTRUCTION DE DÉCALAGE : Permet de déplacer vers la droite ou vers la gauche les bits contenus dans l'accumulateur. Cela équivaut à diviser ou à multiplier par deux le contenu de l'accumulateur. Le décalage peut être circulaire.

INSTRUCTION D'ENTRÉE / SORTIE : Instruction de transfert de données entre l'ordinateur et des dispositifs d'entrée / sortie.

INSTRUCTION LOGIQUE : Permet d'exécuter des opérations logiques. Chaque bit est traité de façon indépendante et il n'y a pas de retenue.

INSTRUCTION REGISTER : Registre d'instruction.

INSTRUCTION SET : Jeu d'instruction.

INTEGRATED CIRCUIT (IC) : Circuit Intégré (CI).

INTERACTIF : Caractéristique d'un système qui fournit une réponse dès que l'utilisateur interroge. Le système est conversationnel si l'utilisateur et l'ordinateur posent des questions et donnent des réponses.

INTERACTIVE : Interactif.

INTERDIRE : Empêcher un système de produire un effet donné.

INTERFACE : Moyen par lequel deux dispositifs communiquent entre eux. En général, c'est un moyen de type hardware. Tous les dispositifs d'entrée / sortie d'un ordinateur (PIO, SIO, UART, CAD ...) sont des interfaces entre l'ordinateur et le monde extérieur.

INTERFÉRENCE : Signal parasite, engendré par la superposition de deux signaux ou plus, qui introduit une perte dans l'information.

INTERFÉRENCE DE FRÉQUENCES RADIO : RFI.

INTERLEAVE (TO) : Entrelacer.

INTERLOCK : Prédisposer le contrôle de machines ou de dispositifs de façon que leurs opérations soient interdépendantes ou opportunément coordonnées.

INTERPRÉTER : Interpréteur.

INTERPRÉTEUR : Programme qui traduit les instructions symboliques en code machine compréhensible par l'ordinateur. Il traduit une instruction, puis elle est exécutée immédiatement ; puis, une nouvelle instruction est traduite et ainsi de suite.

INTERROGATION : Demande qu'un système envoie à un autre pour connaître son état ; par exemple, l'ordinateur interroge un terminal pour savoir s'il est prêt à recevoir des données.

INTERRUPT : Interruption.

INTERRUPTION : Signal qu'un système d'entrée / sortie envoie à l'ordinateur (demande d'interruption). L'ordinateur interrompt le programme en cours, exécute un sous-programme, puis revient au programme initial.

INTERRUPTION MASQUABLE : Type d'interruption que l'ordinateur ignore.

INTERRUPT PRIORITY : Priorité des instructions.

INTERRUPT VECTORING : Vectorisation des interruptions.

I / O : Input / Output (entrée / sortie).

IORQ : Input Output ReQuest (Demande d'entrée / sortie).

IPS : Inch Per Seconde (pouce par seconde). Unité utilisée pour indiquer la vitesse de défilement d'une bande (magnétique ou perforée).

IR : Instruction Register (registre d'instruction).

ISAM : Index Sequential Access Method (Méthode d'Accès Séquentiel par Indice). Méthode d'accès aux données par un indice. Celui-ci indique l'une après l'autre, les adresses contenant les données qui ne sont pas toujours disposées de façon séquentielle.

ISO : International Standards Organisation. Association internationale qui définit des normes dans les différents secteurs techniques.

ITERATE (TO) : Itérer.

ITÉRATION : Répétition d'un ensemble d'instructions.

ITÉRER : Répéter une succession d'instructions dans une boucle.

IX : Registre d'index (INDEX).


HAUT DE PAGE  J

JCL : Job Control Language (Langage de contrôle des travaux d'un ordinateur) Système qui interprète les instructions reçues par l'utilisateur et les traite de façon à indiquer à l'ordinateur central comment il doit gérer le programme de l'utilisateur ; il est utilisé dans les systèmes à temps partagé ou dans la gestion des programmes de type batch (à lot).

JEU D'INSTRUCTIONS : Ensemble des instructions que l'ordinateur peut exécuter. Les instructions sont arithmétiques, logiques, de saut, de décision, d'entrée / sortie. Un microprocesseur moyen possède un jeu d'une cinquantaine d'instructions.

JITTER : Instabilité de courte durée d'un signal.

JOB : Tâche, travail Indique en général le travail confié à l'ordinateur.

JOB MANAGEMENT : Gestion du travail de l'ordinateur faite par un programme spécifique appelé «scheduler».

JOYSTICK : Manche à balai, indicateur de direction relié à un dispositif de contrôle, utilisé en aéronautique Dispositif pour l'introduction des valeurs des coordonnées spatiales X, Y, Z dans les registres spécifiques de l'ordinateur.

JUMP : Saut.

JUSTIFIÉ : Se dit d'espaces en photocomposition dont la présence est nécessaire, donc justifié En règle général, détermine la mise en page ou le format de quelque chose.

JUSTIFIED : Justifié


HAUT DE PAGE K

KANSAS CITY STANDARD : Standard utilisé pour enregistrer des données numériques sur des cassettes magnétiques. Dans ce standard, le zéro logique est représenté par quatre cycles à la fréquence de 1 200 Hz et le un logique par huit cycles à la fréquence de 2 400 Hz. Puisque les deux fréquences sont dans le rapport 1 : 2, il est facile de tirer du signal enregistré un signal d'horloge qui sera utilisé pour lire les données enregistrées, sans que les variations de vitesse des magnétophones du commerce aient une influence.

KEY : Touche de la machine à écrire, du télétype ou du terminal : CLEF.

KEYBOARD : Clavier.

KEYPAD : Bloc de touches, clavier réduit, qui comporte des touches en nombre inférieur à la normale (de 10 à 16). Est utilisé souvent pour introduire des données dans les micro-ordinateurs ou, s'il est ajouté au clavier normal, pour pouvoir disposer d'un plus grand nombre de commandes.

KIT : Prêt-à-monter. Système à monter soi-même Ensemble du matériel et des instructions nécessaires pour la construction d'un appareil.

KNOW-HOW : Savoir faire Connaissance des procédés de fabrication ou de traitement relatifs aux unités de production.

KSAM : Keyed Sequential Access Method (Méthode d'accès séquentiel par clé). Indique une méthode pour accéder aux données d'un fichier par une clé.

KSR : Keyboard Send Receive. Télétype qui peut recevoir et transmettre seulement par le clavier et non, comme c'est souvent le cas, par une bande perforée.


HAUT DE PAGE L

LABEL : Étiquette.

LANGAGE : Système conventionnel de symboles et de règles, utilisé dans les communications humaines.

LANGAGE ARTIFICIEL : A l'opposé des langages naturels (français, anglais), c'est un langage créé pour faciliter les communications dans des secteurs particuliers Les langages de programmation des ordinateurs, comme par exemple l'Assembleur, le Basic, le Cobol, sont des langages artificiels.

LANGAGE DE BAS NIVEAU : Langage symbolique, très proche du code machine de l'ordinateur. A chaque instruction exprimée dans ce langage correspond directement un code machine. L'Assembleur est un langage de bas niveau, il a l'avantage de produire des programmes qui sont exécutés plus rapidement que ceux obtenus avec un langage de haut niveau ; il a toutefois l'inconvénient d'être lié au modèle d'ordinateur (ou microprocesseur) pour lequel il a été écrit, et donc de ne pouvoir être utilisé par d'autres ordinateurs.

LANGAGE DE HAUT NIVEAU : Langage évolué.

LANGAGE ÉVOLUÉ : Langage de programmation des ordinateurs plus proche du programmeur que de l'ordinateur. Il simplifie le travail de programmation, mais il doit être traduit en code machine par des programmes spécifiques appelés, selon le cas, compilateurs ou interpréteurs. Avec des langages de ce type, chaque ligne de programme correspond à plus d'une instruction de l'ordinateur. Le BASIC, le PASCAL, le FORTRAN, le COBOL, L'ALGOL, L'ADA sont des langages évolués.

LANGAGE MACHINE : Langage artificiel, constitué par des expressions en code machine Voir Code Machine.

LANGAGE NATUREL : Langage formé par évolution naturelle et non construit artificiellement. Le français est un langage naturel ; par contre, l'espéranto est un langage artificiel Sont artificiels tous les langages destinés aux communications avec les ordinateurs.

LANGAGE OBJET : Langage du codage automatique d'un programme, coïncidant généralement avec le langage machine.

LANGAGE ORIENTÉ VERS L'ORDINATEUR : Langage très proche du langage machine et qui ne demande pas trop de travail pour être transformé en code machine.

LANGAGE SYMBOLIQUE : Langage artificiel à instructions exprimées sous forme symbolique. Le langage symbolique permet d'écrire et d'interpréter les programmes plus facilement que le langage machine en utilisant les mots du langage commun et d'autres signes en remplacement des codes numériques.

LANGUAGE : Langage.

LANGUAGE INTERPRÉTER : Interpréteur de langage Voir Interpréteur.

LAY : Retard entre deux événements successifs Dans la transmission des données, indique le retard qui se produit entre la transmission et la réponse du dispositif qui reçoit.

LAYOUT : Disposition des composants sur un circuit, ou des caractères, des zones et des lignes dans une instruction ou dans un tableau Se rapportant à un fichier, indique la disposition des enregistrements qui le composent.

LECTEUR : Dispositif qui lit les données et qui les transfère à un autre dispositif ou à un autre moyen de stockage. Peut utiliser différents moyens de lecture ; les plus répandus sont optiques et magnétiques.

LECTEUR DE BANDES (MAGNÉTIQUE) : Dispositif pour lire les données enregistrées sur bande magnétique ou sur bande perforée.

LECTEUR DE CARTES : Dispositif qui relève (lit) les informations codifiées sous forme de trous dans les cartes perforées et qui les transfère à l'ordinateur.

LECTURE DESTRUCTIVE : Lecture qui efface la donnée lue, rendant nécessaire une réécriture pour la rétablir.

LECTURE INVERSE : Possibilité qu'ont certains dispositifs à bande magnétique de lire les données enregistrées tandis que la bande défile à l'envers.

LENGTH : Longueur (de mot).

LF : Line Feed (Interligne).

LIBRARIAN (PROGRAM) : Programme qui fait partie d'un système d'exploitation et qui permet de gérer une bibliothèque de fichiers. Il recueille les programmes, les routines et les données disponibles.

LIBRARY : Bibliothèque.

LIFO : Last In First Out (dernier entré, premier sorti). Méthode pour stocker les données, la dernière qui arrive est la première à être écrite Se rapportant à une pile (stack) de mémoire, indique que la dernière donnée écrite est la première à être lue.

LIGHT PEN : Crayon optique.

LIGNE DE PROGRAMME : Instruction écrite par le programmeur sur une seule ligne Instruction élémentaire pour ordinateurs programmables dans le système à notation polonaise inversée (RPN de Hewlett Packard).

LIGNE DE TRANSMISSION : Ligne de liaison sur laquelle sont envoyés des messages sous forme de signaux électriques.

LIMITES DE FONCTIONNEMENT : Limites entre lesquelles un dispositif peut opérer sans être endommagé ou mal fonctionner.

LINEAR SELECTION : Sélection linéaire.

LINE FEED : Touche de l'imprimante qui fait avancer le papier d'un intervalle égal à la distance entre deux lignes consécutives du texte (interligne) Commande qui, dans les terminaux à écran vidéo, fait défiler le texte d'une ligne vers le haut.

LINE PRINTER : Imprimante Ligne.

LINK (TO) : Chaîner.

LINKAGE : Instructions qui permettent d'entrer ou de ré-entrer dans des sous-programmes Instructions qui permettent d'unir un programme à un autre programme de façon à n'en former qu'un seul.

LINK BIT : Registre spécial à un seul bit, indicateur d'overflow (débordement) de l'accumulateur et d'autres registres.

LINKING LOADER (CHARGEUR ÉDITEUR DE LIENS) : Programme utilisé pour relier des programmes, routines et subroutines, pour parvenir à un seul programme. Sa tâche principale est de modifier les instructions de saut (JUMP) et d'appel (CALL) de façon que les références entre une partie de programme et l'autre soient exactes.

LIRE : Prélever une ou plusieurs données stockées dans une mémoire Relever les données d'un dispositif de mémorisation, par exemple une carte perforée, pour les introduire dans un ordinateur Copier les données d'un dispositif pour les transférer sur un autre.

LISP : LISt Processing (traitement de listes). C'est un langage interactif, orienté vers les tableaux et utilisé pour développer les langages évolués.

LIST : Liste.

LISTE : Énumération Programme imprimé pour conserver une documentation Voir Listing.

LISTING : Pour conserver et surtout pour corriger un programme, il est très utile de disposer d'un listing. Il s'agit d'un document produit pendant la rédaction des programmes ; il énumère les instructions en code, les séquences, les codes symboliques et les emplacements de mémoire.

LOAD : Instruction pour transférer la donnée dans un registre ou dans un emplacement de mémoire.

LOAD AND GO : Littéralement, signifie «charger et aller». Se réfère à une méthode de travail de l'ordinateur dans laquelle le programme, écrit en langage symbolique, est chargé, transformé en langage machine et exécuté immédiatement. Il n'existe pas de passage intermédiaire d'un programme objet.

LOADER (CHARGEUR) : Programme qui charge un autre programme dans la mémoire de l'ordinateur. Il existe différents types de chargeurs ; le bootstrap loader qui, dans les systèmes à microprocesseurs, charge dans la RAM les données ou les programmes de télétypes, bandes ou claviers ; le chargeur-éditeur de liens permet de changer l'emplacement des programmes en modifiant opportunément les instructions de saut et d'appel.

LOCAL : Adjectif qui, pour un ordinateur, qualifie le mode de fonctionnement des terminaux vidéo, où les données introduites par le clavier sont affichées sur l'écran, mais ne sont pas transmises On peut attribuer ce même adjectif à un télétype quand le texte tapé sur le clavier est écrit par celui-ci, mais n'est pas envoyé aux dispositifs (par exemple, un ordinateur) qui lui sont reliés En général, se réfère à l'état d'un terminal qui ne peut pas accepter les données qui arrivent, étant occupé par une fonction interne.

LOCATION (DE MÉMOIRE) : Emplacement de la mémoire où peut être contenue une unité d'information, généralement un byte ou ses multiples.

LOCATION (PROTECTED LOCATION) : Location Protégée.

LOCATION PROTÉGÉE : Emplacement réservé de la mémoire. Seulement accessible à certains utilisateurs ; il ne peut être effacé, sauf par une clé spéciale (c'est-à-dire une commande prévue exprimée en code secret).

LOCKOUT : Intervalle du cycle de mémoire pendant lequel le fonctionnement de l'ALU est bloqué ou pendant lequel la communication avec la mémoire est inhibée.

LOGGER (DATA LOGGER) : Dispositif qui enregistre automatiquement des événements physiques successifs En particulier, le «data logger» est un système de recueil des données. Il peut être très simple et indiquer un nombre ou être bien plus complexe et comprendre des microprocesseurs, des micro-ordinateurs, ou même des mini-ordinateurs.

LOGICAL SHIFT : Décalage logique.

LOGIC CIRCUIT : Circuit logique.

LOGIC DECISION : Décision logique.

LOGIC FUNCTION : Fonction logique.

LOGIC HARD-WIRED : Logique câblée.

LOGIC INSTRUCTION : Instruction logique.

LOGIC PROGRAMMED : Logique programmée.

LOGIC SHIFT : Décalage logique.

LOGIQUE CÂBLÉE : Fonction logique obtenue par des interrupteurs (switch) ou des portes ET, OU ... Les composants sont disposés et câblés de façon à réaliser la fonction souhaitée. Si l'on veut changer de fonction, il faut modifier le circuit La logique câblée s'oppose à la logique programmée des circuits complexes, comme les microprocesseurs qui peuvent passer d'une fonction à une autre par le simple remplacement du programme.

LOGIQUE PROGRAMMÉE : Fonction logique obtenue par l'utilisation d'un programme spécifique introduit dans la mémoire de l'ordinateur.

LOGO : Langage évolué, étudié et utilisé pour apprendre la programmation même à de jeunes enfants. Il s'agit en pratique d'un dialecte du LISP qui permet de commander facilement l'ordinateur, surtout en ce qui concerne le graphique. Avec le LOGO, la programmation est introduite de manière intuitive.

LONGITUDINAL CHECK : Contrôle de parité longitudinale.

LONGUEUR (DE MOT) : Nombre de bits constituant un mot. On dit qu'une donnée a une longueur double quand elle est formée d'un nombre de bits double de celui du standard.

LOOK-UP TABLE : Tableau enregistré dans la mémoire d'un ordinateur. Il est très utilisé pour convertir un code en un autre. Si, par exemple, on veut retrouver le code postal d'une ville, on peut écrire ce dernier dans une look-up table. A chaque ville, correspond un code postal dans le tableau, en écrivant le nom de la ville, l'ordinateur peut en déduire automatiquement le code.

LOOP (BOUCLE) : Série d'instructions qui peuvent être effectuées à volonté. En général, un compteur détermine combien de fois la boucle doit être parcourue ; lorsqu'on arrive à zéro, on sort de la boucle.

LOSS : Perte Se référant à une transmission, indique l'affaiblissement d'un signal transmis.

LOW END : Désigne des micro-ordinateurs simples, de bas prix et de prestations limitées.

LOW LEVEL LANGUAGE : Langage de bas niveau.

LOW ORDER : Équivalent de l'expression «le moins significatif», en référence au bit ou au digit d'un nombre ou d'un mot de poids inférieur. Par exemple, dans le nombre 642, le digit le moins significatif est 2 ; dans le nombre binaire 11001, le bit le moins significatif est 1 Dans un mot de 16 bits, cela indique les 8 bits de poids inférieur, de 0 à 7. Dans ce cas, les autres 8 bits les plus significatifs sont qualifiés de «high order».

LOW PASS : Passe-bas.

LPC : Linear Predictive Coding (codage à prédiction linéaire). C'est une méthode d'analyse du signal vocal (le son des notes) ; il permet de traduire ce signal en un code numérique qui demande un certain nombre de bits inférieur à celui nécessaire normalement. Les bits sont stockés en mémoire et on peut ainsi reconstituer fidèlement des phrases entières.


 HAUT DE PAGE M

MACHINE À COMMANDE NUMÉRIQUE : Machine contrôlée automatiquement par un ordinateur (par exemple un tour). Il existe des ordinateurs conçus spécialement dans ce but (contrôleurs logiques programmables : PLC).

MACHINE ANALYTIQUE : Nom générique donné à l'ordinateur de Charles Babbage (1833). Cette machine était organisée comme un ordinateur moderne dont elle anticipait quelques aspects fondamentaux.

MACHINE CYCLE : Cycle Machine.

MACHINE LANGUAGE : Langage Machine.

MACHINE WORD : Mot Machine.

MACHINING CENTER : Machine très évoluée qui effectue plusieurs tâches en même temps. Ces tâches programmables sont contrôlées par un ordinateur.

MACRO - ANALYSE : Analyse d'un problème faite sommairement. Cela permet d'amorcer la solution du problème, puis de procéder à une analyse plus détaillée.

MACRO - ASSEMBLEUR : Assembleur qui permet d'utiliser des macro-instructions.

MACRO - INSTRUCTION : Type d'instruction qui équivaut à plusieurs instructions codées en langage machine. Les macro-instructions permettent d'exécuter des groupes d'instructions que l'on rencontre fréquemment en cours de programme. Le programme assembleur traduit directement cette macro-instruction dans la séquence d'instructions correspondantes.

MAGNETIC INK : Encre Magnétique.

MAGNETIC TAPE : Bande Magnétique.

MAIN : «Principal». Se rapporte à une mémoire. La mémoire principale d'un ordinateur est généralement la plus rapide d'accès (c'est la mémoire centrale).

MAIN FRAME : Partie centrale d'un système à ordinateur (CPU et organes de contrôle) Désigne également un gros ordinateur.

MAIN PROGRAM : Programme Principal.

MAINTAINABILITY : Facilité de maintenance d'un système.

MAINTENANCE : Activité d'entretien d'un système qui permet de le maintenir en bon état de fonctionnement. La maintenance peut concerner le Hardware et le Software. Dans ce dernier cas, elle indique les modifications que l'on doit faire dans un programme pour le tenir à jour et l'adapter à de nouvelles exigences. Un contrat de maintenance (partie Hardware) est généralement établi entre le client et le revendeur.

MAINTENANCE CORRECTIVE : Maintenance effectuée en cas de panne sur un système.

MAINTENANCE PRÉVENTIVE : Maintenance effectuée périodiquement afin que le système ait le degré de fiabilité maximum.

MAINTENANCE PROGRAMMÉE : Maintenance Préventive.

MALFUNCTION : Mauvais fonctionnement.

MAP : Carte (mémoire).

MARK : Terme utilisé pour les transmissions de données. On lui associe généralement un bit qui vaut 1 Dans le standard RS 232, cela correspond à une tension négative Dans la transmission à boucle de courant, cela correspond à 20 mA Pour un modem, cela équivaut à la fréquence la plus grande.

MASK : Masque.

MASQUE : Combinaison de bits (1 ou 0) qui masquent un mot afin d'utiliser les seuls bits utiles Dans la fabrication des circuits intégrés, le masque est un dessin utilisé pour définir les zones de la plaquette de silicium (wafer) qui doivent être traitées.

MASQUER : Ignorer un signal ou une commande (masquer la commande d'interruption) Substituer des bits dans l'accumulateur par d'autres bits issus d'une mémoire ou d'un registre.

MASS STORAGE : Mémoire de Masse.

MASTER : «Maître». Indique couramment l'ordinateur principal d'un système Original d'un dessin, d'un texte ; dessin d'un circuit imprimé.

MASTER CLOCK : Générateur d'horloge (clock) qui permet de synchroniser un système.

MASTER PROGRAM : Programme Maître.

MASTER - SLAVE : Système conçu autour de deux ordinateurs (ou plus) dont l'un est le maître (Master) et l'autre l'esclave (Slave). Le Master distribue les tâches à effectuer.

MATRICE : En mathématique, tableau organisé en lignes et en colonnes qui contient des nombres ou des symboles algébriques Ensemble des points d'un afficheur.

MATRIX : Matrice.

MATRIX PRINTER : Imprimante à Matrice.

MÉGABYTE (MÉGA-OCTET) : Un million de bytes. Utilisé pour mesurer la capacité des mémoires de masse.

MÉMOIRE : Dispositif capable de stocker et de restituer des données.

MÉMOIRE A BULLES : Mémoire dans laquelle on utilise des bulles magnétiques pour mémoriser l'information. L'accès de cette mémoire est du type série. Elle est plus rapide et plus fiable que les mémoires magnétiques conventionnelles.

MÉMOIRE A LECTURE - ÉCRITURE : Mémoire dans laquelle on peut lire et écrire, en opposition aux ROM où l'on peut seulement lire.

MÉMOIRE ASSOCIATIVE : Organisée sur la base des données qu'elle contient et non sur la base de leur adresse. Les informations sont retrouvées par une étiquette (tag) qui les identifie. Par exemple, dans une liste de noms, l'étiquette qui les identifie et qui permet de les retrouver peut être le lieu de résidence ou de naissance, ou bien l'âge.

MÉMOIRE A TORES ( MAGNÉTIQUE) : Ancien type de mémoire utilisant des tores de ferrite pour mémoriser l'information.

MÉMOIRE BOOTSTRAP (CHAUSSE - PIED) : Mémoire qui permet à l'ordinateur de lire automatiquement et d'y introduire les nouveaux programmes.

MÉMOIRE DE MASSE : Mémoire qui contient de grandes quantités d'informations (disque dur, floppy disk, bandes magnétiques).

MÉMOIRE DE TRANSIT : Mémoire temporaire réservée aux données qui entrent et sortent de l'ordinateur.

MÉMOIRE DYNAMIQUE : Mémoire à semi-conducteur (MOS), dont les cellules élémentaires sont constituées par des condensateurs. Une recharge périodique de ceux-ci (rafraîchissement) doit être effectuée pour conserver les données.

MÉMOIRE EXTERNE : Mémoire de masse (bandes magnétiques, disques magnétiques) extérieure à l'ordinateur.

MÉMOIRE INTERNE : Mémoire centrale «au cœur» de l'ordinateur.

MÉMOIRE NON VOLATILE : Mémoire qui conserve l'information, même si l'alimentation n'est plus présente.

MÉMOIRE PERMANENTE : Mémoire non volatile.

MÉMOIRE SECONDAIRE : Mémoire de grande capacité, moins rapide que la mémoire principale de l'ordinateur.

MÉMOIRE VOLATILE : Mémoire qui perd les informations stockées lorsque l'alimentation est coupée.

MEMORY ALLOCATION : Réservation de Mémoire.

MEMORY (ASSOCIATIVE M.) : Mémoire (M. Associative).

MEMORY BOARD : Carte sur laquelle sont insérés les boîtiers mémoires.

MEMORY BUS : Bus de Mémoire.

MEMORY INTERLEAVING : Entrelacement de Mémoire.

MEMORY MAPPED I / O : Méthode d'adressage des entrées / sorties d'un ordinateur, considérées comme des adresses de mémoire.

MENU : Ensemble des programmes disponibles dans lequel l'utilisateur peut choisir. Ce menu s'affiche généralement sur un moniteur vidéo. Le choix s'effectue alors en appuyant sur une touche de clavier.

MERGING : Fusion de plusieurs fichiers en un seul qui est ordonné.

MESSAGE : Séquence de mots, de lettres ou de symboles qui constitue une information et possède un sens. En général, il y a un signal qui annonce l'arrivée d'un message et un signal de fin de message.

MESSAGE FOX : Message qui permet de tester les télétypes et les machines à écrire. Il est constitué par tous les caractères alphanumériques ainsi que par d'autres fonctions (espacement ...).

MESSAGE DE CONTRÔLE : Messages échangés entre deux dispositifs en attente de communication. Ils permettent de définir l'émetteur, le récepteur et de prévenir en cas de dysfonctionnement.

MI : Maskable Interrupt (Interruption Masquable). Interruption qui peut être ignorée par l'ordinateur.

MICR : Code adopté pour les caractères à lecture optique. Développé pour les bandes aux États-Unis.

MICRO (MICROPROCESSEUR) : Préfixe pour certains mots (Microcircuit, Micro-instruction ...).

MICROCIRCUIT : Circuit intégré sur une pastille de silicium. De type analogique ou digital.

MICROCOMPUTER : Micro-ordinateur.

MICROCONTRÔLEUR : Microcircuit qui contrôle le fonctionnement d'un micro-ordinateur bit slice Micro-ordinateur utilisé pour le contrôle de machines et de procédés industriels Microprocesseur spécialisé (électroménager) qui inclut l'ensemble des fonctions d'un micro-ordinateur.

MICRO-ORDINATEUR : Ordinateur basé sur un microprocesseur. Souvent constitué par une seule carte supportant le microprocesseur, les mémoires, les circuits d'interfaces, le circuit d'alimentation ... (micro-ordinateur à carte unique).

MICROPROGRAMMATION : Procédé pour définir et codifier les instructions de contrôle.

MIL : Militaire. Sigle qui a trait aux normes établies par le Ministère de la Défense aux États-Unis.

MIL - STD - 883 : Normes qui définissent les caractéristiques des semi-conducteurs d'utilisation militaire.

MINI-COMPUTER : Mini-ordinateur.

MINI-DISKETTE : Minidisquette.

MINIMUM ACCESS PROGRAMMING : Programmation à accès minimal.

MINI-ORDINATEUR : Ordinateur de dimensions et de puissance moyenne situé entre le micro-ordinateur et le «main frame». Il traite des mots de 8, 12, 16, 18, 24 ou 32 bits. Il possède plus d'instructions qu'un micro-ordinateur et peut adresser plus de mémoire.

MISFEED : Terme utilisé pour indiquer qu'une feuille, une carte perforée, une bande n'arrivent pas à traverser un dispositif Littéralement, signifie mal alimenté.

MISSING : Message d'erreur qui indique que le programme demandé n'existe pas dans la bibliothèque de l'ordinateur.

MNEMONIC CODE : Code mnémonique.

MNÉMONIQUE (CODE) : Le code mnémonique permet d'écrire les instructions de façon à rappeler facilement les opérations relatives. Par exemple, ADD pour addition, etc. Puisque les langages de programmation ont été développés en anglais, ces notations ne sont mnémoniques que pour ceux qui sont familiarisés avec l'anglais. Pensez, par exemple, à l'instruction LD, acronyme de LOAD ; celui qui connaît l'anglais sait que LOAD signifie «charger» et en lisant LD, se souvient aisément de la signification de l'instruction.

MODÈLE MATHÉMATIQUE : Pour étudier un problème à l'aide d'un ordinateur, il est nécessaire de pouvoir l'exprimer en termes mathématiques et donc de lui trouver un modèle mathématique. Celui-ci est souvent très complexe, composé de nombreuses variables et équations.

MODEM : MOdulateur-DEModulateur Dispositif qui permet la communication entre les appareils numériques et les moyens de transmission analogiques. Les données numériques sont converties sous forme analogique en associant par exemple au 0 une fréquence et au 1 une autre fréquence, on bien en modulant la phase d'une porteuse. Ces signaux analogiques peuvent ensuite être transmis facilement le long des lignes téléphoniques ou par des satellites ou bien être enregistrés sur bande. La transmission peut être asynchrone ou synchrone.

MODULAIRE : Se dit d'un système qui peut être agrandi ou modifié en ajoutant ou en changeant des modules.

MODULATION : Technique de transmission des signaux par une onde porteuse ou par des impulsions. Les modulations se différencient entre elles par le paramètre de la porteuse qui varie suivant la grandeur du signal (modulation d'amplitude de fréquence, etc.).

MODULE : Composant qui permet de former avec d'autres composants comparables un système ou un programme.

MOL : Machine Oriented Language (Langage orienté vers la machine) Synonyme de langage ASSEMBLEUR.

MONITOR : Moniteur Dispositif à tube cathodique (écran de télévision) qui permet de visualiser le fonctionnement d'un système. Pour les ordinateurs, le moniteur reçoit les messages du CPU et les affiches sous forme de phrases ou de données. Un moniteur et un clavier, couplés par une interface, forment un terminal Programme qui permet de contrôler le travail de l'ordinateur.

MOT ALPHABÉTIQUE : Mot composé uniquement de lettres.

MOT DE CONTRÔLE : Ensemble de bits, positionné habituellement au début ou à la fin d'un bloc de mots, il contient des informations qui concernent ce mot (par exemple, nombre de mots).

MOT D'ÉTAT : Mot qui contient toutes les informations nécessaires à la reprise d'un traitement après une interruption.

MOTHER BOARD : Carte mère C'est une carte à circuit imprimé équipée de différents connecteurs sur lesquels sont insérées d'autres cartes. Elle sert de support physique et de liaison entre plusieurs cartes Est aussi appelée BACK PLANE.

MOT MACHINE : Groupe de bits considéré comme une unité par l'ordinateur lors des phases de traitement et de transfert.

MOVING-HEAD DISK SYSTEM : Unité à disque magnétique dont la tête de lecture / écriture peut se déplacer le long du rayon du disque pour lire tous les enregistrements.

MPS : Micro Processing System (Système à microprocesseur).

MPU : Micro Processing Unit (Unité à microprocesseur) Synonyme de microprocesseur.

MPY : MultiPIY Instruction de multiplication en langage mnémonique.

MR : Memory Read (Lecture de la mémoire).

MULTI-ACCÈS : Système à ordinateur dans lequel plusieurs utilisateurs peuvent accéder à l'ordinateur et l'utiliser simultanément. L'accès peut se faire par des terminaux vidéo, des télétypes ou d'autres dispositifs. Les opérateurs et leurs terminaux peuvent être éloignés de l'ordinateur ; dans ce cas, la communication s'effectue par l'intermédiaire d'un MODEM, entre le terminal et l'ordinateur.

MULTICOUCHES : Se dit d'un circuit imprimé dans lequel les pistes de liaison se trouvent sur différentes couches (parfois plus d'une dizaine). Ce type de circuit imprimé est très cher, mais il est nécessaire lorsque le circuit auquel il est destiné est complexe et doit être contenu dans un espace limité.

MULTIMÈTRE : Instrument de mesure qui permet de relever la valeur de certains paramètres d'un circuit (tension, intensité, résistances ...).

MULTIMICRO : Abréviation du multimicroprocesseur Indique un système qui utilise des microprocesseurs, reliés entre eux par des bus.

MULTIPLE PROGRAMMING : Programmation multiple.

MULTIPLEX : Multiplexage Technique qui permet de concentrer plusieurs dispositifs de communication sur un seul canal de transmission Bus sur lequel on peut envoyer successivement des informations différentes ; avec le multiplexage, on diminue la complexité des câblages, mais aussi la vitesse de transmission Possibilité qu'ont plusieurs utilisateurs de pouvoir disposer de la même ressource simultanément.

MULTIPLEXER : Multiplexeur Dispositif qui reçoit des données de différents terminaux, les combine dans un message pour les transmettre sur un seul canal. A la réception, un démultiplexeur sépare à nouveau les données.

MULTIPLICANDE : Terme qui doit être multiplié par un autre, le multiplicateur, pour obtenir le résultat.

MULTIPLICATEUR : Nombre qui indique combien de fois le multiplicande doit être additionné à lui-même pour obtenir le résultat de la multiplication.

MULTIPROGRAMMATION : Utilisation de plusieurs ordinateurs pour effectuer une tâche complexe, en partageant les différents éléments du programme. Un ordinateur contrôle les autres et tous ont un accès direct à la mémoire.

MUX : MUltipleX.

MW : Memory Write (écriture en mémoire).

MYLAR : Support en polyester utilisé pour les bandes magnétiques ou pour les bandes perforées.


 HAUT DE PAGE N

NAK : No Acknowledge (pas de reconnaissance). Dans une transmission de données, c'est le mot qui signale la non-reconnaissance de la part du récepteur.

NATURAL LANGUAGE : Langage Naturel.

NE : Not Equal (non égal).

NEST : Nid Programme comprenant de nombreux sous-programmes chaînés.

NESTING : Technique de programmation par laquelle une subroutine en appelle une autre qui, à son tour, en appelle une suivante et ainsi de suite. Lorsqu'une subroutine est terminée, on revient à la subroutine d'appel.

NET : Network.

NETWORK : Réseau.

NIBBLE : Mot de 4 bits (demi-octet).

NMI : Non Maskable Interrupt (interruption non-masquable).

NOISE : Bruit.

NOMBRE ALÉATOIRE : Nombre pris au hasard dans un ensemble de nombres Des suites de nombres aléatoires sont utilisées dans les tests statistiques.

NOMBRE BINAIRE : Nombre représenté par le système pondéré de numération de base deux. Il utilise les chiffres 0 et 1.

NOMBRE SIGNE : Nombre binaire dont le bit le plus significatif représente le signe (0 pour + et 1 pour -), les autres bits exprimant la valeur absolue du nombre en code binaire pur.

NOP : No Operation (pas d'opération) Instruction qui n'effectue aucune opération ; elle peut être utilisée pour produire un retard dans l'exécution d'un programme ou pour laisser un blanc dans lequel sera introduite une instruction significative.

NORMALISER : Exprimer un nombre ou une grandeur de façon qu'il tienne dans le format prévu.

NOTATION : Représentation de quantités et d'événements par des lettres, des chiffres et d'autres signes.

NOTATION POLONAISE INVERSÉE : Méthode de rangement des expressions arithmétiques, adoptée par certains ordinateurs Les machines ainsi équipées ne possèdent pas la touche égal, mais à sa place, elles utilisent une touche appelée ENTER.

NOTATION SCIENTIFIQUE : Méthode qui consiste à représenter les nombres sous forme de produit d'une partie fractionnaire par une puissance de 10. Par exemple 4,22 x 106 au lieu de 4 220 000 sous la forme courante.

NRZ : No Return to Zero (pas de retour à zéro) Indique un type de transmission de données dans lequel le 1 (ou le 0) est représenté par un niveau de tension haut. Ce niveau reste haut pendant tout le temps du cycle d'horloge ; ainsi, si le bit suivant est lui aussi un 1 (ou un 0), la tension reste haute. Elle descend au niveau bas seulement lorsque le bit suivant est différent : 0 (ou 1).

NUMÉRIQUE : Adjectif synonyme de digital.

NZ : Non Zéro. Indicateur signalant lorsqu'un nombre ou un résultat est différent de zéro.


HAUT DE PAGE O

OBJET CODE : Code Objet.

OBJET LANGUAGE : Langage Objet.

OBJET (PROGRAMME) : Programme rédigé en code machine Rédaction du programme source en code binaire.

OC : Open Collector (collecteur ouvert) Type de circuit intégré dans lequel le dernier étage possède un transistor qui n'est pas relié à l'alimentation positive par une résistance de charge ou par un autre transistor. La résistance «pull-up» doit être câblée à l'extérieur. Cette configuration permet d'obtenir une sortance élevée et la réalisation du «OU câblé».

OCR : Optical Character Recognition (reconnaissance optique de caractères) Indique l'utilisation de dispositifs optiques pour lire des caractères écrits.

OCTAL : Système numérique de base 8. Il utilise les 8 premiers chiffres décimaux compris entre 0 et 7.

OE : Output Enable (validation de sortie) Entrée de commande présente dans de nombreux circuits intégrés, particulièrement dans les mémoires ; elle permet de relier plusieurs circuits à un seul bus.

OEM : Original Equipment Manufacturer Se dit d'un constructeur qui achète des composants, des appareils ou des pièces détachées pour les utiliser dans ses propres constructions.

OFF : Éteint.

OFF-LINE : Déconnecté État d'un dispositif périphérique, par exemple un terminal vidéo, qui n'est pas contrôlé par l'ordinateur et avec lequel il ne communique pas directement Traitement qui n'est pas directement associé au programme principal et qui nécessite l'intervention de l'utilisateur entre l'introduction des données et l'obtention des résultats.

OFFSET : Déplacement.

OFF-THE-SHELF : Hors du rayon Se dit de dispositifs ou de systèmes qui sont toujours disponibles sur le marché Se dit de programmes qui peuvent être directement utilisés par l'acheteur sans modification préalable.

ON-LINE : Connecté Qualifie un dispositif contrôlé par l'ordinateur L'ordinateur est on-line quand il reçoit les données au fur et à mesure qu'elles sont produites par le dispositif périphérique et émet les résultats des calculs dès qu'ils sont disponibles Un terminal est on-line quand, de celui-ci, il est possible d'interroger directement l'ordinateur et d'en recevoir les réponses, comme cela se fait par exemple pour les terminaux des banques.

OP CODE : Code Opération.

OPEN LOOP : Boucle ouverte Dans un système de régulation, on a une boucle ouverte quand la régulation n'est pas automatique. L'opérateur doit intervenir pour réguler le système.

OPÉRANDE : Partie d'une instruction qui contient le nombre sur lequel doit être effectué l'opération indiquée par le code opération Donnée sur laquelle il faut effectuer une opération.

OPÉRATEUR : Personne qui fait fonctionner un ordinateur ou d'autres dispositifs Partie de l'instruction qui indique l'opération qu'il faut effectuer sur l'opérande. Par exemple, dans l'instruction ADD B, la partie ADD est l'opérateur, B est l'opérande En mathématique ou en logique booléenne, c'est le symbole qui indique l'opération à effectuer (par exemple, le symbole + dans l'addition).

OPERATING SYSTEM : Système d'exploitation.

OPERATIONAL LABEL : Label qui identifie les fichiers et les bandes magnétiques pour l'opérateur de l'ordinateur.

OPERATION CODE : Code Opération.

OP REGISTER : Registre du CPU. Il sert à stocker le code opération de l'instruction à exécuter.

OPTIMISER : Trouver la meilleure configuration pour un dispositif, un circuit, un programme. Permet d'obtenir les meilleures performances au moindre coût.

OPTO-COUPLEUR : Coupleur photoélectrique ou photo-relais permettant de commander un système au moyen d'un autre avec une isolation galvanique totale.

ORDINATEUR INDIVIDUEL : Home Computer.

ORIGIN : Origine.

ORIGINE : Adresse absolue de l'emplacement mémoire d'où commence le programme.

OSCILLATEUR A VERROUILLAGE DE PHASE : Oscillateur dont la fréquence de fonctionnement est liée à la phase d'un signal périodique qui le contrôle (leur fréquence peut être différente).

OUTPUT : Sortie.

OVERFLOW : Dépassement de la capacité qui se produit lorsque le résultat d'une opération est trop grand pour être contenu dans le registre destiné à le recevoir Bit du registre d'état du CPU qui indique si la capacité a été dépassée.

OVERLAY : Recouvrement Méthode d'utilisation de la mémoire d'un ordinateur. La même zone de mémoire est utilisée successivement par différents sous-programmes. Cette technique est employée lorsque la mémoire de l'ordinateur n'a pas une capacité suffisante pour contenir toutes les instructions du programme Charger en mémoire un programme en effaçant ce qui a été enregistré précédemment.

OVERLOAD : Surcharge.

OVERRIDE : Dépassement Procédé permettant à l'opérateur de forcer un système à accepter des données non prévues.

OVERRUN : Erreur qui se produit lorsque le CPU ne peut lire un caractère envoyé par un périphérique parce qu'il est encore occupé à lire le précédent.


HAUT DE PAGE P

PABX : Private Automatic Branch Exchange. En téléphonie, groupement de postes ayant le même numéro d'appel de telle sorte qu'on soit commuté sur le poste disponible.

PACK (TO) : Compacter.

PACKAGE : Paquet Groupe de programmes Boîtier de circuit intégré.

PACKET : Paquet de données.

PAD : Lorsqu'un bloc de données n'est pas complet, on y ajoute des données fictives, appelées «pads». Ce terme est également utilisé dans les transmissions de données et indique les bits qui n'apportent pas d'informations et ne servent qu'au synchronisme des transmissions.

PAGE DE MÉMOIRE : Subdivision de la mémoire composée généralement de 256 mots.

PAGE PRINTER : Imprimante de page Imprimante fonctionnant page par page.

PAGING : Mise en page.

PANNEAU DE CONTRÔLE : Tableau comprenant des touches et voyants nécessaires à la surveillance et au contrôle d'une machine.

PAQUET DE DONNÉES : Dans une transmission de données, c'est un bloc de données (de 1 000 à 2 000 bits) accompagnées d'une adresse et d'une autre information de contrôle. Le canal de transmission reste occupé uniquement pendant le temps nécessaire au paquet et redevient disponible ensuite pour un autre paquet de données.

PARALLEL ACCES : Accès Parallèle.

PARAMÈTRE : Symbole littéral utilisé en mathématiques pour représenter une constante qui peut prendre plusieurs valeurs suivant les cas Quantité présente dans un sous-programme et dont la valeur est préétablie.

PARITÉ : Lorsque l'on doit transmettre ou stocker un groupe de bits, on utilise souvent un contrôle de parité. Ce contrôle permet de compter le nombre de bits à 1, nombre toujours pair ou toujours impair. On a alors soit une parité paire, soit une parité impaire encore parfois appelée imparité. Par exemple, si l'on doit transmettre 11010 en parité paire, on ajoute un bit 1 pour la parité ; si l'on doit transmettre 11000, le bit de parité sera 0 et on obtiendra 110000. Toutes les données devront présenter inchangée la parité choisie aux différents contrôles.

PARITÉ IMPAIRE : Lorsque le bit de parité d'un mot rend impair le nombre de 1 présent dans un mot.

PARITÉ PAIRE : Lorsque le bit de parité d'un mot est disposé de façon que les 1 du mot soit en nombre pair.

PARITY BIT : Bit de Parité.

PARITY CHECK : Contrôle de parité.

PARSER (ANALYSEUR SYNTAXIQUE) : Sous-programme qui décode les instructions d'un programme externe et les décompose selon les règles syntaxiques du langage de programmation utilisé.

PARTITION : Partie de mémoire déterminée par hardware ou pas software et contenant un programme déterminé.

PAS-A-PAS : Méthode de fonctionnement de l'ordinateur qui permet le déroulement d'un programme instruction après instruction selon le choix de l'opérateur et permet donc de vérifier le contenu de la mémoire après chaque opération.

PASCAL : Langage de programmation très évolué, il est dérivé de l'ALGOL.

PAS D'UN PROGRAMME : Instruction élémentaire pour les calculateurs programmables en langage machine tel que SOA de Texas.

PASSE-BAS : Filtre qui laisse passer les signaux de fréquence inférieure à une fréquence déterminée.

PASSWORD : Mot de passe Mot composé de caractères qui permettent à l'opérateur de se faire reconnaître par l'ordinateur et d'accéder ainsi aux programmes et aux données.

PATCH (RACCORD) : Littéralement, signifie «pièce» Série d'instructions introduites dans le programme.

PATCHBOARD : Tableau de raccordements Les connexions établies sur un patchboard déterminent le programme que la machine devra exécuter.

PATH : Parcours, piste Parcours logique qu'un ordinateur effectue dans l'exécution d'une routine.

PATTERN : Littéralement, signifie «patron» (en papier pour les tailleurs), «dessin» (en tissu). Pour l'ordinateur, un pattern est une succession de combinaisons de bits, utilisée pour représenter un texte en code machine.

PATTERN RECOGNITION : Examen de pattern Voir PATTERN.

PC : Program Counter (compteur de programme). Printed Circuit (circuit imprimé).

PCB : Printed Circuit Board (carte de circuit imprimé).

PCM : Pulse Code Modulation (modulation par impulsions codées).

PE : Parity Error (erreur de parité). C'est l'un des bits d'état de l'UART (Universal Asynchronous Receiver Transmitter). Si le caractère reçu a une parité fausse, le bit PE passe à 1.

PEEK : Instruction en langage BASIC qui permet de lire le contenu d'une position mémoire.

PERFORATEUR : Machine permettant de coder sous forme de trous des données sur une bande ou sur un ruban papier ou sur une carte IBM 80 colonnes.

PERFORATION : Trou dans une carte ou dans un ruban servant de code pour l'information.

PERFORATOR : Perforateur.

PERIPHERAL : Périphérique.

PERIPHERALS STATUS WORD : Mot d'état pour les périphériques.

PÉRIPHÉRIQUE : Dispositif connecté à l'ordinateur et destiné à lui fournir des données ou à en recueillir. Ce sont les imprimantes, les terminaux vidéo, les claviers, les perfos et lecteurs de cartes ou de rubans, les télétypes, les convertisseurs A / N ou N / A.

PÉRIPHÉRIQUE INTELLIGENT : Périphérique capable d'effectuer un pré-traitement de l'information.

PERSISTANCE : Durée pendant laquelle une image persiste sur un écran vidéo après extinction du rayon cathodique.

PERSONAL COMPUTER : Home Computer. (Ordinateur personnel).

PERSONALITY CARD : Dispositif utilisé en combinaison avec un programmateur de mémoire PROM. Il permet d'adapter le programmateur ou type de PROM à programmer.

PF : Page Footing (fin de page).

PH : Page Heading (début de page).

PHASE D'EXÉCUTION : Partie du cycle de l'ordinateur pendant laquelle il exécute l'instruction.

PHASE LOCKED OSCILLATOR : Oscillateur à Verrouillage de Phase.

PHASE SHIFT : Déphasage.

PHOTOCELL : Photocellule.

PHOTOLITHOGRAPHIE : Technique utilisée pour masquer des plaques de silicium durant la fabrication des circuits intégrés.

PHOTOLITHOGRAPHY : Photolithographie.

PHOTORESIST : Produit chimique sensible aux rayons ultraviolets utilisé dans la fabrication des circuits imprimés. Les parties isolées à travers un masque sont protégées de l'attaque chimique hors de la gravure du circuit.

PHYSICAL RECORD : Enregistrement Physique.

PICA : Unité de mesure utilisée en imprimerie soit 1 / 6 de pouce.

POUCE : Unité de mesure anglaise (2,54 cm).

PIECE WORK PROGRAMMING : Programmation du travail à la tâche.

PIGGY BACK : Microprocesseur comportant une mémoire REPROM permettant de tester le contenu de la future mémoire ROM. Cette mémoire provisoire peut être située sur le microprocesseur d'où le nom de «piggy back».

PILE : «Stack». Ensemble d'éléments situés l'un sur l'autre.

PILOT : Langage de programmation développé pour les enseignants qui utilisent les ordinateurs pour former les élèves par la technique CAI : Computer Aided Instruction, en français EAO : Enseignement Assisté par Ordinateur.

PIN : Broche.

PIO : Parallel Input / Output entrée / sortie parallèle. Composant permettant de transférer les données entre le CPU et ses périphériques. Le CPU peut commander l'entrée ou la sortie par 4 ou 8 bits.

PIPELINING : Technique utilisée pour augmenter la vitesse d'exécution d'un ordinateur. Elle permet de commencer l'exécution d'une instruction sans attendre que l'instruction précédente soit complètement effectuée.

PISTE (DE BANDE PERFORÉE OU D'ENREGISTREUR) : Canal sur lequel se trouvent les signaux d'enregistrement d'une bande, d'un disque ...

PISTE DE TEMPORISATION : Piste qui contient les signaux de temporisation (clock).

PIT : Programmable Internal Timer (compteur de temps programmable). C'est un circuit équipé d'une horloge qui permet de mesurer les intervalles de temps sans utiliser le CPU. Il peut être prépositionné pour signaler par un flag ou une interruption, lorsqu'un intervalle de temps donné s'est écoulé.

PIXEL (ÉLÉMENT D'IMAGE) : C'est l'élément de base de l'image qui se forme sur l'écran vidéo. Le nombre total de pixels mesure la qualité du tube cathodique. Dans certains systèmes, le programmeur est capable de contrôler chaque pixel et de former des images à loisir. Le pixel peut être éclairé ou éteint, selon le niveau du signal binaire.

PLC : Voir Contrôleur Programmable.

PLL : Phase Locked Loop (circuit à verrouillage de phase). Ces circuits sont utilisés pour délivrer un signal dont la fréquence est indexée sur celle d'un signal incident. C'est le cas de l'oscillateur local des circuits à changement de fréquence.

PL / M : Programming Language for Microprocessor (langage de programmation pour microprocesseurs). Langage très évolué pour microprocesseur à 8 et 16 bits, dérivé du PL1.

PLOTTER : Système à dispositif imprimant pour tracer des dessins sous le contrôle d'un ordinateur.

PLUG : Bouchon, prise Sorte de tiroirs contenant des circuits identiques ou différents permettant de rendre un dispositif modulaire.

PL / 1 : Langage de programmation très évolué qui a beaucoup de ressemblances avec le FORTRAN et quelques-unes des meilleures caractéristiques d'autres langages.

POINT : Équivalent de la virgule.

POINT D'ARRÊT : Break Point.

POINT D'ENTRÉE (DE SUBROUTINE) : Endroit où l'on entre dans un sous-programme.

POINT DE VENTE : Terminal d'une caisse utilisée dans le commerce. Peut être relié à un ordinateur central.

POINTER : Pointeur.

POINTEUR : Adresse contenue dans un registre ou dans la mémoire centrale de l'ordinateur. Utilisé pour indiquer une position mémoire dans laquelle on doit lire ou écrire des informations.

POINT OF SALE : Point de vente.

POKE : Instruction en langage BASIC qui permet de stocker dans une position mémoire la donnée indiquée dans l'instruction. A utiliser avec précaution parce que cette instruction peut bloquer le programme.

POLL : Méthode de contrôle des dispositifs périphériques L'ordinateur doit savoir quand un dispositif veut communiquer avec lui pour échanger des données. Il y a trois méthodes différentes. Dans la première, la DMA, on prévoit que le périphérique échange les données directement avec la mémoire sans passer par le CPU ; dans la seconde, le dispositif périphérique engendre une demande d'interruption ; dans la troisième, POLL ou POLLING, l'ordinateur interroge périodiquement les dispositifs périphériques l'un après l'autre pour voir s'ils demandent une communication. Dans certains ordinateurs, le POLLING est automatique, dans d'autres, il doit être obtenu par un programme approprié.

POLLING : Poll.

POLYMORPHIC : Polymorphique.

POLYMORPHIQUE : Multiforme Caractéristique de certains ordinateurs que l'on peut structurer en fonction des besoins.

POLYPHASE : Se dit d'un type de programme qui permet d'utiliser les bandes magnétiques en nombre pair ou impair.

POP : Instruction utilisée pour lire la première donnée qui se trouve sur la PILE.

PORT : Dispositif d'entrée /  sortie. Il permet à l'ordinateur d'échanger des données en parallèle. Il peut être programmé par l'ordinateur comme entrée, sortie ou E / S bidirectionnel.

POS : Point Of Sale (point de vente).

POSITIONAL NOTATION : Notation positionnelle.

POSITION MÉMOIRE : Location de mémoire.

POSTE DE TRAVAIL : Terminal de l'ordinateur constitué d'une vidéo ou d'une imprimante et d'un clavier et constituant le périphérique de commande de l'ordinateur ; il peut être proche ou éloigné de l'ordinateur.

POST MORTEM : Après la mort On désigne ainsi, dans le jargon des programmeurs, l'analyse d'une opération effectuée après sa complète exécution (éventuellement après une erreur ou un mauvais fonctionnement).

POST MORTEM DUMP : Dump mémoire (vidage). Impression d'une partie du contenu de la mémoire, effectué à la fin d'un traitement par l'ordinateur pour analyser et corriger le programme (debugging).

POSTMULTIPLY (TO) : Multiplier une matrice de nombres par une autre matrice.

POWER FAIL : Chute d'alimentation Dans certains ordinateurs, la chute de la tension d'alimentation donne lieu à une interruption non masquable. Avant que la tension ne soit arrivée à zéro, le CPU a le temps de terminer l'instruction en cours, pour sauvegarder le contenu des registres dans la mémoire non volatile et de se mettre à l'état d'attente (WAIT) et de reprendre le travail dès que l'alimentation reviendra.

POWER SUPPLY : Alimentation fournissant l'énergie électrique.

PPI : Sigle utilisé par INTEL pour PIO.

PPS : Pulse Per Second (impulsions par seconde).

PRÉCISION : Degré d'exactitude d'une mesure.

PRÉCISION ÉTENDUE : Elle s'obtient par le traitement de données faites en double précision et virgule flottante.

PRÉCISION MULTIPLE : Technique utilisée pour augmenter la précision des calculs.

PRÉCISION UNIQUE : Caractéristique des nombres qui n'occupent qu'un mot entier dans l'ordinateur.

PRÉCOMPILATEUR : Programme qui détecte les erreurs et donne les corrections dans un programme source avant que ce dernier ne soit traduit en langage objet.

PRESET (TO) : Donner à une variable une valeur déterminée à l'avance dans un programme Porter au préalable une tension à la valeur désirée Prédisposer un dispositif en un état bien déterminé ; par exemple, fixer un nombre dans un compteur.

PRESUMPTIVE ADDRESS : Adresse supposée.

PREVENTIVE MAINTENANCE : Maintenance préventive.

PRF : Pulse Repetition Frequency (fréquence de répétition des impulsions) Nombre d'impulsions produites pendant l'unité de temps, généralement la seconde en un point précis du système. Dans les transmissions ou les techniques radar, nombre d'impulsions envoyées par seconde.

PRINTER : Imprimante.

PRINT OUT : Impression.

PRIORITÉ : Hiérarchie permettant de classer des événements par ordre d'importance. Certaines interruptions sont, par exemple, plus prioritaires que d'autres.

PRIORITÉ DES INTERRUPTIONS : Lorsque plusieurs dispositifs peuvent envoyer des demandes d'interruptions, il est nécessaire d'établir une échelle de priorités ; si des demandes arrivent simultanément, le dispositif qui est le plus prioritaire est servi le premier. Les autres dispositifs sont ensuite servis par ordre de priorité. Un interrupt à priorité plus élevée peut interrompre un interrupt à priorité plus basse.

PRIORITÉ SUR UN BUS : C'est une priorité qui a lieu au niveau d'un même BUS.

PRIORITY : Priorité.

PRIORITY CHAIN : Chaîne de priorités.

PRIORITY CONTROLLER : Contrôleur de priorité.

PRIORITY TABLE : Tableau de priorités.

PROBE : Sonde utilisée pour effectuer des mesures électriques au moyen d'un oscilloscope, d'un testeur ou d'un analyseur logique.

PROBLÈME : Ensemble de questions auxquelles on cherche une solution.

PROCÉDURE : Séquence d'opérations dont l'ordre est préétabli pour la recherche de la solution du problème.

PROCESS (TO) : Traiter.

PROCESSEUR : Unité centrale de traitement de données.

PROCESSING : Traitement.

PROCESSOR : Processeur.

PROCESSUS : Série d'actions qui participent à la réalisation d'une opération complexe.

PROGRAM : Programme.

PROGRAM COUNTER : Compteur de programme.

PROGRAMMATEUR DE PROM : Dispositif utilisé pour programmer les mémoires PROM en écrivant dans les cases mémoires correspondant aux adresses, les données voulues sous forme de 0 et de 1. L'écriture se fait en envoyant des impulsions électriques de forme adéquate. Ce dispositif permet également de contrôler ce que l'on vient de programmer. Il permet généralement de programmer également des EPROM.

PROGRAMMATION : Activité consistant à rédiger des diagrammes, écrire des programmes, essayer les programmes et apporter les corrections nécessaires.

PROGRAMMATION A ACCÈS ALÉATOIRE : Programmation qui ne prend pas en compte le temps nécessaire pour accéder à la mémoire.

PROGRAMMATION A ACCÈS MINIMAL : Programmation qui demande un temps d'accès minime à la mémoire pour obtenir les données et les instructions.

PROGRAMMATION AUTOMATIQUE : Préparation de programme par l'ordinateur.

PROGRAMMATION DYNAMIQUE : Le programme est divisé en plusieurs parties. La méthode de résolution d'une partie est choisie en fonction de la partie du programme suivante.

PROGRAMMATION MULTIPLE : Type de programmation qui permet d'effectuer plusieurs opérations simultanément.

PROGRAMME : Suite d'instructions qui indiquent à l'ordinateur les opérations à effectuer.

PROGRAMME D'APPLICATION : Subroutine ou sous-programme qui se répète dans un même programme et effectue automatiquement certains calculs mathématiques (sinus, cosinus, logarithme ...) Appelé aussi software applicatif.

PROGRAMME DE CONTRÔLE : Programme de diagnostic qui permet de trouver des erreurs dans les programmes.

PROGRAMME DE SERVICE : Programme qui effectue une fonction auxiliaire de celle du programme principal.

PROGRAMME MAÎTRE : Programme de contrôle des opérations ou moniteur.

PROGRAMME MONITEUR : Programme ou ensemble de programmes permettant de gérer l'ordinateur. Il permet à l'opérateur de converser directement avec le système à l'aide d'un clavier, de charger et de décharger des programmes, d'intervenir sur la mémoire, de lancer les programmes, d'effectuer en général toute opération se rapportant à l'ordinateur.

PROGRAMMER : Programmeur.

PROGRAMME STANDARD : Programme écrit en langage standard (FORTRAN, ALGOL, COBOL) et qui donne une solution standard à un problème, utilisé souvent par de très nombreux usagers.

PROGRAMMEUR (PROGRAMMATEUR) : Technicien qui prépare les programmes pour l'ordinateur sur la base des exigences établies au préalable Dispositif utilisé pour programmer des mémoires PROM ou EPROM.

PROGRAMME UTILITAIRE : Programme d'usage général, par exemple, une routine chargée de gérer une imprimante.

PROGRAMMING : Programmation.

PROGRAMMING FILE ORIENTED : Méthode de programmation orientée vers la gestion des fichiers. Facilite les opérations d'entrée / sortie.

PROGRAM MODULE : Module de programme.

PROM : Mémoire que l'on peut seulement lire et qui est programmable par l'usager.

PROM PROGRAMMER : Programmateur de PROM.

PROMPT : Message sur un terminal vidéo, lorsque l'ordinateur attend une commande de la part de l'utilisateur.

PROOF LISTING : Liste d'essai préparée par l'ordinateur et utilisée pour contrôler les programmes et les données.         

PROPAGATE (PROPAGATION) : Dans un sommateur, c'est l'un des deux signaux qui servent au circuit de (lookahead (registre d'anticipation) pour déterminer la retenue (carry).

PROPRIETARY PROGRAM : Programme qui est la propriété de celui qui l'a écrit et qui en possède les droits légaux.

PROTECTION : (D'une partie de la mémoire ou d'un fichier). Permet de conserver des informations. La protection est du type software ou hardware Clé de protection ; séquence de caractères qui permet d'accéder à certaines informations.

PROTECTION DE MÉMOIRE : Évite d'écrire dans une zone de mémoire protégée.

PROTOCOLE : Ensemble de règles et de conventions qui permet l'échange d'informations entre l'ordinateur et ses périphériques.

PRT : Protection Run Tape Ruban qui contient un programme testé, prêt à l'utilisation.

PSEUDO-INSTRUCTION : Instruction n'appartenant pas à la bibliothèque d'instructions de l'ordinateur. Elle aide l'utilisateur dans le développement des programmes. Peut être définie par l'utilisateur (macro-instruction). Par exemple, DEFW est une pseudo-instruction pour le Z80.

PSEUDO-LANGAGE : Langage artificiel, développé pour des tâches spécifiques.

PSW : Processor Status Word (mot d'état du processeur) Peripheral Status Word (mot d'état des périphériques.

PTS : Program Test System (système d'essai des programmes).

PTT / 8 : Code pour bande perforée.

PUISSANCE : En mathématiques, c'est un exposant. Il indique combien de fois il faut multiplier la base par elle-même pour obtenir le produit final représenté par la base et sa puissance En physique, c'est une grandeur qui exprime la capacité d'un dispositif à consommer ou à produire de l'énergie pendant son fonctionnement.

PUISSANCE DE L'ORDINATEUR : Expression générale qui se rapporte aux performances de l'ordinateur. Cette puissance dépend de la vitesse à laquelle l'ordinateur traite les informations, de la quantité de mémoire qu'il peut utiliser directement, des périphériques qu'il peut gérer et d'autres facteurs.

PULSE CODE MODULATION : Modulation à code d'impulsions.

PUNCH : Perforation.

PUNCHED : Bande perforée.

PUNCH-EL : Perforation qui signale la fin d'un enregistrement.

PUSH (TO) : Pousser. Indique l'entrée d'une donnée dans la pile (stack) Instruction symbolique qui représente l'introduction.

PUSH DOWN : Méthode de formation et d'utilisation d'une liste ; le dernier élément qui entre dans la liste sera le premier à en sortir lors d'une lecture.

PWB : Printed Wire Board (carte à circuit imprimé).

PWM : Pulse Width Modulation (modulation en largeur d'impulsion). Méthode de modulation d'impulsions. Le signal émis contrôle la largeur des impulsions.   

 



 

  




Envoyez un courrier électronique à Administrateur Web Société pour toute question ou remarque concernant ce site Web. 

Version du site : 9. 4. 2 - Site optimisation 1280 x 768 pixels - Faculté de Nanterre - Dernière modification : 08 Août 2015.   

Ce site Web a été Créé le, 24 Mai 2005 et ayant Rénové, en Août 2015.